1001-paris.com
Image default
Animaux / Agriculture

Le raton laveur : profil et caractéristiques de cet animal nocturne

Vous êtes à la recherche d’une sortie en famille pour le weekend ? Partez à la rencontre du raton laveur.

De la famille des procyonidés, le raton laveur est un mammifère qui se distingue par sa fourrure et sa queue touffue. Le raton laveur n’est pas un petit animal comme on le croit, il mesure environ 80 centimètres en moyenne, mais certains individus peuvent avoir une longueur jusqu’à 105 centimètres avec leur queue, qui représentent en général 50% de la longueur totale. En général, un raton laveur pèse entre 4 et 9 kg, mais beaucoup de spécimens vivant dans les régions septentrionales se caractérisent par un poids plus important. Le record a été enregistré au Canada avec un raton laveur qui pesait 28 kg, mais la moyenne est de 8 kg. Le dimorphisme sexuel est assez apparent avec une corpulence plus importante chez les mâles.

Le raton laveur possède une tête plutôt large sur laquelle évolue un museau pointu. Les yeux d’un raton laveur est de couleur noire et ses oreilles courtes mesurent environ 5 cm selon sa taille. Le raton laveur est doté de grandes canines, caractéristique des carnivores. Le raton laveur possède des pattes mesurant entre 10 et 12,5 centimètres sur lesquelles sont implantés des doigts avec des griffes non rétractiles. Le raton laveur est surtout cet animal qui arbore un masque noir sur les yeux et une queue avec de longs poils bien épais. Son pelage est habituellement de couleur noir, mais cette couleur varie selon son habitat. Ainsi, la coloration peut être d’un gris ou d’un brun rougeâtre.

Le raton laveur est un animal originaire de l’Amérique, il se concentre dans la partie sud de Canada, dans plusieurs états des États-Unis, dans quelques régions de l’Amérique Central et sur la partie nord de l’Amérique du Sud. Le raton laveur est un animal qui peut vivre longtemps, mais on estime que sa longévité est estimée en moyenne à 16 ans en état sauvage. En général, rares sont les ratons laveurs qui arrivent à atteindre cet âge pour les spécimens vivant dans la nature, car beaucoup ne dépassent pas les 5 ans en étant ainsi. Un raton laveur en captivité a pu vivre 21 ans, ce qui représente un vrai record pour cette espèce.

Le raton laveur, très actif la nuit

Le raton laveur est un animal nocturne, il est rare d’en voir un le jour. Le raton laveur sort de sa tanière au crépuscule pour entamer une longue nuit de chasse. Pendant la saison froide où il neige, le raton laveur peut dormir des jours, voire des semaines sans s’hiberner. Le poids du raton laveur peut être différent d’une saison à une autre. Ainsi, il pèse plus lourd en automne et, pendant l’hiver, il peut perdre jusqu’à 50% de son poids, mais son corps ne subit aucun dommage, puisque ni leur organisme ni leur température ne sont atteints.

Le raton laveur est aussi un animal solitaire. Quand on les voit en groupe, il s’agit plutôt d’une  mère et de ses petits. Cependant, il arrive que l’on rencontre un mâle qui traine avec une femelle quelques semaines avant la reproduction et d’autres semaines après la naissance des petits. Le raton laveur se reconnaît aussi par sa paresse à se déplacer loin de sa tanière, sauf pour chercher de la  nourriture quand sa ration quotidienne n’est pas complète. En parfait grimpeur, le raton laveur possède une grande faculté à monter sur les arbres. C’est également un bon nageur, même s’il évite autant que possible de se mettre à l’eau.

Les ratons laveurs à l’état sauvage se concentrent sur les terres basses qui se caractérisent par un taux d’humidité plutôt important. Ils se plaisent donc à vivre près des marais ou sur des zones inondables. Il y a également des ratons laveurs qui apprécient les forêts de feuillus et les zones agricoles. Beaucoup ses sont implantés dans des zones suburbaines et on a enregistré une forte densité dans un marais situé à Missouri. Il faut dire que le raton laveur est un animal qui s’adapte très vite à un environnement et c’est ainsi que la présence de l’homme ne l’indispose pas. On peut très bien rencontrer des ratons laveurs qui cherchent de la nourriture dans des sacs-poubelles. Cependant, à l’état sauvage, le raton laveur préfère construire une tanière sur des arbres, mais on peut très bien le surprendre dans des terriers de marmottes. Il peut aussi se réfugier dans des anciens bâtiments, dans des mines abandonnées ou dans des grottes. Certains habitats arrivent à en voir bien blottis dans leur garage ou dans les granges.

Le raton laveur et ses caractéristiques

Le raton laveur est un animal omnivore, il peut aussi saisir toutes les opportunités pour se nourrir. Son côté carnivore se traduit par son penchant pour les invertébrés. Il chasse les rongeurs et les insectes, mais il est aussi très friand des œufs d’oiseaux. En pêcheur assidu, le raton laveur se sert d’écrevisses, de poissons et même des grenouilles pour varier sa nourriture. Le raton laveur est aussi un grand consommateur de fruits, il apprécie particulièrement les pommes, les kakis, les raisins sauvages, les cerises, les baies ainsi que les glands. Le raton laveur aime également se nourrir de noix, et c’est également un animal qui arrive à manger une grande quantité de maïs. Moins exigeant sur sa nourriture, le raton laveur peut tout ingurgiter, même les charognes d’animaux ou les restes qu’il trouve à proximité des habitats des hommes.

On peut dire que le raton laveur est une espèce assez précoce, puisque les femelles atteignent leur maturité sexuelle à 1 an et les mâles entament leurs expériences sexuelles à 2 ans environ. L’accouplement ne se produit qu’une seule fois pendant l’année. La saison des amours se passe entre les mois de janvier et février chez les ratons laveurs vivant dans les régions du Nord. Le mois de mars est propice à la reproduction dans les autres régions. À la fin de la gestation qui dure en moyenne 65 jours, la femelle donne naissance à des petits entre 3 et 7 pour une seule portée. Nés aveugles, les petits ratons laveurs commencent à ouvrir les yeux au dix-huitième jour. Quand les petits ratons laveurs atteignent les 20 semaines, ils entament leur première sortie de la tanière la nuit pour une chasse avec leur mère, mais restent à côté d’elle pendant leur premier hiver avant de goûter à leur indépendance.

Les espèces et sous-espèces de raton laveur

Le raton laveur commun est une espèce que l’on trouve dans cette grande partie de l’Amérique. Toutefois, on a recensé quatre sous-espèces qui sont endémiques de l’Amérique Central et des Caraïbes. Une quinzaine de sous-espèces sont aussi enregistrés, mais selon l’ITIS, le raton laveur possède 21 sous-espèces dont les différences physiques sont peu apparents et se trouvent souvent au niveau de la couleur de leur pelage ou au niveau de la taille.

Le statut actuel du raton laveur

Les principaux prédateurs du raton laveur sont le coyote, le puma, le loup gris et le renard roux, mais il est aussi la proie des grands serpents. Certains animaux sont aussi de grands ennemis du raton laveur, à savoir les alligators qui se trouvent dans le sud des États-Unis. Le grand-duc d’Amérique pourrait s’attaquer aux petits. À proximité des zones urbaines, les chiens domestiques deviennent aussi des prédateurs assidus que le raton laveur doit faire face pendant sa quête de nourriture la nuit, dans les restes des foyers. Pendant la nuit, son activité reste la recherche de nourriture, le raton laveur est un animal vigilant, mais il lui arrive de devenir agressif pour se défendre. Le grand prédateur du raton laveur reste l’homme, puisqu’il fait l’objet de chasse pour sa fourrure.

Certes, le raton laveur n’est pas inscrit dans un statut spécial pour la CITES, et il est classé dans la préoccupation mineure dans la liste de l’UICN, mais la situation des ratons laveurs pourrait être préoccupante dans les zones à risque qui se trouvent à proximité des habitats de l’homme. Le raton laveur est aussi apprécié par certains autochtones pour sa chair et beaucoup utilisent différentes techniques pour le piéger. Le raton laveur est aussi considéré comme un animal nuisible, c’est ainsi que les agriculteurs cherchent les moyens de l’éliminer. Les apiculteurs se sont aussi engagés dans l’élimination du raton laveur, comme il apprécie également le miel et se sert dans les cadres des ruches.

À part la chasse, les principales menaces du raton laveur sont les accidents routiers. En effet, traverser les routes pendant la nuit est fréquent chez les ratons laveurs. Si le raton laveur est une espèce protégée aux Antilles, il l’est moins dans les autres pays pour être même considéré comme animal nuisible.

Observer de près un raton laveur

Les enfants restent collés au petit écran quand Taffy fait son apparition. Il est possible de leur offrir l’opportunité de le voir dans un espace sécurisé avec les infrastructures adaptées à son évolution au sein de plusieurs parcs zoologiques en France. Les parcs sont ainsi aménagés pour que le raton laveur puisse offrir aux visiteurs l’occasion de l’observer et d’apprécier sa jolie fourrure et sa longue queue bien touffue.

Autres articles

Invasion de rats à Paris : comment s’en débarrasser ?

administrateur