1001-paris.com

L’Arpège – Le restaurant triplement étoilé du chef Alain Passard

/// POUR PLANTER L’DÉCOR
La première fois où tu as pris l’avion, le jour où tu as décroché ton job, les vacances où tu as découvert le jet ski et le snorkeling ou encore le soir où tu as rencontré ton mec. Ces moments ne sont pas tout frais et pourtant tu t’en souviens dans les moindres détails. Ils t’ont laissé un souvenir impérissable. Ton dernier déjeuner au restaurant fait maintenant parti de cette liste.

/// C’EST ATYPIQUE
C’est de l’Arpège dont il est question. Le restaurant triplement étoilé du chef Alain Passard. Et ici ce sont les légumes qui sont à l’honneur. Mais pas n’importe quels légumes. Ce sont ceux cultivés dans les trois jardins potagers que possède Alain Passard. Les légumes que tu dégustes sont donc un peu les bébés du chef. Des jardiniers les font naître, les nourrissent, les bichonnent. Et lorsqu’ils sont à maturité, Alain Passard les sublime pour révéler ce qu’ils ont de meilleur. Et selon lui, c’est facile à faire, il suffit juste de respecter les saisons parce que « c’est lorsqu’on met le printemps avec l’automne que ça ne va pas, sinon c’est simple ».

/// & GOURMAND
Tu te souviendras pour un moment de ce repas. Non seulement parce qu’il est jusqu’à présent le meilleur que tu aies eu la chance de déguster mais aussi parce que c’est le plus long. Tu avais l’impression que tu n’allais jamais t’arrêter de manger. En comptant les amuses-bouches et les mignardises, ce sont pas moins de 17 étapes qui se sont enchaînées. Tour à tour : les radis avec beurre Bordier et pain maison, les coupelles croustillantes aux crèmes de légumes, le sushi de betterave, le mesclun au praliné de noisette, le tartare de couteau, l’oeuf au sirop d’érable, les ravioles potagères dans le bouillon, les asperges rôties, la crème de carotte avec épinards et citron confit, le velouté d’asperge à la crème de Speck, le turbot sauce au vin jaune et pomme de terre fumée, le couscous de légumes à l’huile d’argan et merguez végétale, le pigeonneau et hareng fumé, l’assiette d’Emmental et de Saint-Nectaire, la crème aux oeufs à la verveine, la tartelette aux pommes et amandes croquantes et enfin les mignardises (deux macarons, deux chocolats, deux nougats et un financier). Inutile de préciser que tout était excellent. Néanmoins certains plats t’ont transporté plus que d’autres. C’est le cas de l’oeuf, des ravioles, du velouté et du turbot. Des plats au goût inoubliable.

/// LES PLUS
Alain Passard fait le tour de toutes les tables à la fin du service. Lorsqu’il est sorti de sa cuisine, c’est un peu comme si tu avais vu le Père Noël descendre de ta cheminée. T’étais à bloc, attendant impatiemment qu’il arrive jusqu’à ta table. Comme une vraie rockstar, le chef se prête d’ailleurs au jeu de la photo souvenir et des dédicaces. Pas de panique, si par malheur tu as oublié ta chère BD qui t’a fait tomber sous le charme du monsieur, ses livres sont tous exposés et en vente. Et comme si ce n’était pas assez, tu repars en plus avec un cadeau. Tu repars avec le couteau Opinel dont tu t’es servi pendant ton repas. C’est un peu la cerise sur la pièce-montée.

L’Arpège – 84 rue de Varenne 75007 Paris – 01 47 05 09 06 – alain-passard.com
Déjeuner dégustation en accord mets et vins à 145€ via Voyage Privé. 

Imagine toi une nana parfaitement make-upée, manucurée, brushée, habillée d’une petite robe cintrée, chaussée d’escarpins cirés… Classe à souhaits. Et maintenant imagine la en train de de balancer des bite-couille-nichon et de lâcher de gros pets. Alors oui ça te casse un mythe direct, mais en même temps ça la rend sympathique…
C’est un peu ce que tu as ressenti à Vienne en découvrant les spécialités locales. Tu avais une image de la ville hyper chic, subtile et délicate. Tu voulais y aller depuis des années et tu l’avais donc un peu trop fantasmée et idéalisée. Du coup, lorsque tu as fait face à un déballage de trucs roboratifs, gras et sucrés, tu t’es d’abord retrouvée un peu désappointée puis tu as finalement complètement kiffé !

>>> Dans de somptueux décors, de pâtisseries tu te gaveras.
Vienne est gâtée en cafés tous plus beaux et plus mythiques les uns que les autres. Le café dans lequel Sissi se ravitaillait ou encore celui où Freud venait penser, par exemple.

– Au café Demel, tu boiras a priori le meilleur chocolat chaud de Vienne.
« A priori » parce tu n’as pas goûter tout ceux de la ville mais c’est ce qu’il se dit et c’est effectivement ton petit préféré parmi ceux que tu as bu. Sur la carte, tu en as plusieurs au choix. Nature ou bien à la vanille, au piment ou à la cannelle et tous sont surmontés d’un nuage de crème fouettée. Tu pourras accompagner ta boisson d’une des très nombreuses pâtisseries exhibées à l’entrée du café. Tu vas la choisir directement dans la jolie vitrine puis on te l’apporte à table. Le top étant de t’installer au fond du café face à la grande cuisine-vitrine à travers laquelle tu peux observer les pâtissiers oeuvrer minutieusement à la confection de magnifiques gâteaux.

– Au café de l’hôtel Sacher, la Sachertorte est à l’honneur.
Il s’agit d’un des emblèmes sucrés de Vienne. Tu en trouves donc un peu partout dans la ville. Mais étant donné que c’est monsieur Sacher himself qui l’a inventé, tu as préféré venir la goûter ici. Histoire d’être sûre de manger l’authentique, l’originale, l’unique Sachertorte ! En pratique, le gâteau est fait de fines couches de génoise au chocolat, d’un peu de confiture d’abricot, d’un glaçage au chocolat et d’une touche de crème fouettée à côté. Si en plus tu l’accompagnes d’un thé composé d’un mélange de earl grey, darjeeling et jasmin, spécialement imaginé pour le café Sacher, tu seras au top.

– L’autre emblématique pâtisserie de Vienne est clairement l’apfelstrudel.
T’en as aussi partout et c’est même une attraction à part entière. Explication : au Château de Schönbrunn tu pourras assister à l’Apfelstrudel Show. Ce n’est pas une blague mais bien une démonstration – dégustation du fameux gâteau. Pendant 30 minutes, on te montre étapes par étapes comment préparer le traditionnel strudel aux pommes viennois. Tu es d’ailleurs très impressionnée par la dextérité avec laquelle la pâtissière manie la pâte. Elle la travaille quand même sur son bras avec son épaule, son coude et son poignet…

>>> Dans la rue, de fast-food tu te nourriras.
Comme à Prague, tu as été très surprise de trouver autant de kiosques à saucisses dans les rues de Vienne ! Ils ont beaucoup de succès et les viennois y mangent le midi, directement accoudés au stand. Tout un choix de saucisses (« wüsrtl ») t’es proposé à manger soit en hot-dog soit coupées en morceaux comme pour la currywurst.

Le deuxième truc qui t’a beaucoup étonné dans la rue, est de voir la quantité de personnes qui mangent une glace dès qu’il y a un rayon de soleil. Adultes comme enfants, en pot ou en cornet, une boule ou plusieurs, chacun y va de sa petite glace. Le nombre de « gelateria » est d’ailleurs aussi impressionnant. Ceci expliquant peut être cela.

>>> Au marché, de tout tu trouveras.
Le Naschmarkt c’est le plus grand marché de Vienne.
D’un côté, tu trouves un tas de restos pour manger sur place et de l’autre les étales de produits à emporter. Pas moins de 120 stands se côtoient. Tu ne sais plus où donner de la tête parmi les montagnes de fruits exotiques et de légumes, les épices en tout genres, les fromages, les poissons et viandes, … Tu trouves aussi énormément de spécialités grecques, turques, libanaises et italiennes (d’ailleurs au fur et à mesure que tu marches tu retrouves souvent les mêmes produits et préparations). Beaucoup de couleurs et d’odeurs se mêlent ici, c’est vraiment agréable. Quant aux restaurants t’en as vraiment pour tous les goûts. Des japonais, chinois, indiens, burgers, fruits de mer, … Et bien sûr des restos proposant toutes les spécialités locales : du goulash (autant de versions différentes que d’endroits où tu le manges), à la schnitzel (esclope viennoise de porc pané), en passant par les spätzle, puis la soupe viennoise au boeuf et pâtes ou encore le pain à l’ail et le bretzl. Et la particularité de ce marché et qu’il a une grande partie bio et locavore. 

Les beaux cafés avec de gros gâteaux de toutes les couleurs :
Café Demel : Kohlmarkt 14, 1010 Vienne – Autriche 
Café 
Sacher : Philharmonikerstraße 4, 1010 Vienne – Autriche  
Café 
Central : Herrengasse 14, 1010 Vienne – Autriche  
Café 
Schwarzenberg : Kärtner Ring 17, 1010 Vienne – Autriche

Monomaniaque : personne atteinte d’une psychose caractérisée par une obsession limitée à un seul sujet. Exemple : écouter la même chanson en boucle pendant toute une journée (et ne pas s’en lasser bien sûr). Et quand les restos s’y mettent ça donne des trucs assez surprenants.

Plat unique, produit unique décliné sous toutes ses formes, …

Autres Articles

Un tea time au fromage au salon de thé de la Maison de la Chine

administrateur

Le Triangle, le restaurant et microbrasserie du 10e à Paris.

administrateur

Le très original restaurant Privé de Dessert à Pigalle – Paris 9e

administrateur

Bagel Market, le bagel shop du Marais – Paris

administrateur

Resto d’anniversaire de ta meilleure pote

administrateur

La Conserverie : l'endroit idéal où aller pour le premier rendez-vous.

administrateur

Guilo Guilo, le restaurant japonais gastro de Montmartre.

administrateur

Silk & Spice, restaurant thaïlandais – Montorgueil, Paris

administrateur

Claude Colliot, le restaurant pour les gourmets dans le Marais.

administrateur